Sommaire
Partager l'article

Comment est fait le vin rosé ?

De par ses qualités gustatives et ses variantes de teinte, le vin rosé a su traverser les siècles pour s'imposer comme un vin à part entière. Considéré comme le plus vieux vin de France, il a d'abord su séduire les rois français (notamment Louis XI et Louis XIV), avant de charmer les palais des français. Les Français adorent leur rosé. C'est le vin le plus populaire du pays (devançant même le rouge). Et ce n'est pas surprenant, ce vin rosé délicat est incroyablement polyvalent. Le rosé se marie avec presque tous les aliments et peut être dégusté en toute occasion (pas seulement en été). Un amour tellement fort, que les productions françaises ne sont pas assez importantes pour combler la demande. Et tenez-vous bien, car ce manque de capacité fait de la France le premier producteur, le premier consommateur, mais aussi le premier importateur de vin rosé.

Image à la une

Comment faire du vin rosé ?

Contrairement à une idée reçue, le vin rosé ne s’obtient pas en mélangeant du vin blanc avec du vin rouge : le mélange de vin est interdit par les appellations dans l’Union européenne. La réalité est tout autre. Pour faire du vin rosé, il existe deux techniques :

  • la saignée (ou macération)
  • la pressée (ou pressurage direct)

La saignée

La saignée est la méthode utilisée pour produire du vin rouge mais avec un temps de macération beaucoup plus court (généralement entre 12 et 24 heures). La macération des raisins de vin rouge se fait en cuve avec la peau. Une fois la couleur souhaitée atteinte, une ponction partielle du jus est faite par le bas de la cuve (d’où la « saignée »), le contenu restant étant vinifié en rouge. La partie récoltée est mise dans une autre cuve. Cela permet d’extraire les arômes et de la couleur lors de la séparation des jus et des peaux.

Il faut cependant faire une petite distinction : si la cuve est utilisée dans son intégralité on parle de rosé de macération, dans le cas inverse on parle de rosé de saignée (plus foncé et plus fort).

Le pressurage direct

La méthode de la pressée est la façon de produire le vin rosé le plus courant, notamment en Provence et dans la région Languedoc-Roussillon. Dans la même optique qu’une vinification de vin blanc, le pressurage direct consiste à presser des raisins noirs directement avec la peau.

Le contact entre le jus et la peau doit être de courte durée, juste pour apporter de la couleur. Le jus est ensuite extrait et mis en fermentation durant 10 à 14 jours. Cela permet au rosé de s’alcooliser avant sa mise en bouteille. Le rosé obtenu a une teinte plus claire que le rosé fait avec la saignée. Le goût est quant à lui plus léger, plus doux.

Pour conclure

La couleur du vin rosé n’a désormais plus de secret pour vous : le raisin utilisé et le même que celui du vin rouge mais avec un temps de macération réduit. Ce qui donne cet aspect rosé.