Sommaire
Partager l'article

Comment choisir un whisky ?

Pour offrir ou pour soi-même, il est toujours intéressant de connaître les méthodes et points pour sélectionner le bon whisky. Parce qu’il existe plusieurs points fondamentaux, nous consacrons cet article à la question : comment choisir un whisky ?

Image à la une

La base : connaître les ingrédients de la fabrication

Seulement 3 ingrédients, en 3 ingrédients il est possible de produire du whisky. Il faut donc des céréales, de l’eau et des levures. La céréale la plus souvent utilisée est l’orge. Toutefois, cela ne suffit pas qu’elle soit la seule. Certains optent pour du blé, du seigle ou même du maïs.

Bien qu’il n’y ait que 3 ingrédients, chacun d’entre eux à une importance capitale dans le résultat, même l’eau. Une eau douce n’apporte pas les mêmes saveurs qu’une eau de source.

Whisky, Whiskey, Rye, Bourbon, de véritables différences ?

Il n’y a aucun doute sur le fait que vous ayez déjà rencontré l’une de ses appellations. Alors oui, elles rassemblent chacune leurs spécificités !

 

Le whiskey : Il provient historiquement d’Irlande. Ainsi, lorsque vous voyez ce nom sur une étiquette, il y a de fortes chances que sa production soit faite en Irlande selon leur méthode. Cette variété est distillée 3 fois. Cela a tendance à offrir une plus grande douceur à la dégustation.

Le bourbon : Il n’est pas qu’un synonyme pour nommer le whisky. Produit des États-Unis, sa différence réside dans la céréale utilisée. 51% minimum des céréales proviennent du maïs. Sa seconde différence s’établit dans son processus de vieillissement. Pour l’entreposer, ce sont à chaque fois des fûts neufs qui sont utilisés. Cela apporte une saveur vanillée.

Le rye : moins connue, sa production se passe toujours aux Etats-Unis. Cette fois les 51% de maïs sont remplacés par 51% de seigle. Son profil aromatique est plus sec et plus fruité que le bourbon. Nous conseillons généralement ce type de bouteilles à des personnes plus expérimentées dans la dégustation de whisky.

Le whisky : Nous y rangeons tout le reste. Peu importe la provenance, peu importe les méthodes de production (hors ingrédients de bases).

Plutôt single malt whisky ou blend whisky ?

Il n’existe pas de vérité parmi ces deux options. D’un côté comme de l’autre, il existe du bon comme du mauvais. Cependant, il convient de comprendre leur différence pour faire votre choix en connaissance de cause.

 

Un blend est un assemblage de plusieurs fûts différents. Sa qualité va donc dépendre de ce que veut faire le producteur. Cherche-t-il à baisser les prix ou à mélanger les saveurs pour offrir une palette de saveurs unique ? Pour chaque blend, il sera nécessaire de se renseigner plus en détail.

 

Par opposition, le single malt est une bouteille produite à partir d’une seule distillerie. Il est donc plus facile de conseiller une bouteille de single malt en fonction de ce qui est recherché. En effet, les producteurs vont dans le cas présent chercher à se différencier par leur technique, fûts etc. Chacun aura donc sa marque de fabrique.

 

Néanmoins, dans un cas comme de l’autre vous pourrez trouver de très bonnes bouteilles.

La géographie a-t-elle un impact ?

Aujourd’hui, il est possible de trouver des whisky en provenance de nombreux pays. Il y a toujours les pays classiques comme l’Écosse, les États-Unis, l’Irlande ou le Japon. Toutefois d’autres pays émergent tels que la France ou même la Suède.

 

Alors le pays d’origine est-il important ? Oui et non. Les pays sont influencés par des méthodes historiquement différentes mais aujourd’hui, deux distilleries présentes dans un même pays peuvent proposer un breuvage complètement différent. Le mieux est donc de faire confiance à un conseiller si vous souhaitez trouver une saveur particulière dans un pays défini.

Tourbé et non tourbé : existe-t-il une différence ?

Un whisky n’est pas toujours tourbé. C’est en fonction du procédé choisi par la distillerie qu’une bouteille le sera ou non. Ainsi, si le choix s’est penché sur le charbon alors, on parle d’un whisky non tourbé.

 

Par ailleurs, un whisky tourbé ne fait pas l’autre, il existe plusieurs niveaux de tourbes, mais cela ne signifie pas qu’il y ait des vérités immuables sur la qualité ou les saveurs.

 

Ainsi, le mieux reste encore de tester pour savoir ce que l’on préfère. Généralement l’usage de tourbe apporte des notes de feu de bois, d’épices, de poisson fumé, ou de caoutchouc brûlé.

Le vieillissement et son fût

Comme d’autres alcools tels que le vin, le whisky est d’abord entreposé dans des fûts. Encore une fois il n’y a pas de vérité. Seulement des points à connaître. Ainsi, aux États-Unis se sont généralement 2 ans de vieillissements minimum tandis qu’en Écosse 1 année de plus est nécessaire.

 

L’étape de vieillissement et le choix du fût sont l’un des points les plus importants pour différencier une distillerie d’une autre.

 

Une bouteille ayant moins de 6 ans est considérée comme jeune. C’est un choix intéressant pour tester une nouvelle distillerie.

 

Entre 6 et 12 ans, vous trouverez la majorité des bouteilles et donc le plus grand choix de bouteilles.

 

Au-delà de 18 ans, vous aurez des whiskys beaucoup plus marqués puisqu’ils resteront longtemps en contact du fût transmettant une part de sa palette aromatique.